23/01/2011

Vis ma vie d’habilleuse pour le fashion show de Thom Browne





15h : Arrivée à l’hôtel The Westin (entre place Vendôme et Rivoli, la grande classe quoi), distribution des passes « STAFF » et direction les backstage de la salle impériale où aura lieu le défilé. Là, j’observe et j’en prend plein les yeux, sagement. Lustres, haut plafond, dorures… le décor est sublime et les tenues sont à tomber. La mise en scène est capilo tracté mais so NICE : Les mannequins sont assis autour d’une longue table dressée façon Thanksgiving, où trônent des animaux empaillés ainsi qu’une orgie de fruit et de nourritures en tout genre.

On me briefe rapidement sur les 3 tenues que je devrai réaliser (WTF 3 TENUES ????) en très peu de temps et ensuite je patiente. Under pressure! On nous dit que les pants sont à mettre "as high as possible". Je m’aperçois plus tard que les pantalons trop court sont vraiment l’emblème de la marque (cf la photo de Thom Browne plus bas)


La tenue que je dois réaliser (3 fois!) est assez complexe, le nœud de cravate est propre à Tom Browne et ça c’est vraiment pas cool ! On nous montre TROP brièvement comment réaliser ce truc ( en gros il faut le faire qu’à moitié et le coincer avec une épingle… EASY ). Les bretelles incorporées au pantalon m’ont également mené la vie dure mais j’y ai survécu (avec 3 Litres d’eau en moins).

16h30 : Les mannequins débarquent avec des collants sur la tête et la face blafarde. Ca promet d’être original. Là ils se mettent tous à répéter, comme des comédiens. Ils sont très jeunes (environ 16 ans) et pas très discipliné. Gros bordel en perspective.

Après ça, j’attend encore et encore et là je me dis que je bénis Monsieur Apple d’avoir inventer ce fabuleux Iphone. Parce que my god comme je me fais chier à regarder des crevettes marcher.

Le défilé est sensé démarrer à 18h et à 17h30 aucun mannequin ne se pointe pour se faire saper par bibi.

17H45: les 3 d’un coup déboulent (PRATIQUE), je vais donc de mannequin en mannequin en passant de position coucher assise debout en moins de 30 secondes, un mec hurle « hurry up girl » alors que je suis tellement à mon max que j’en ai le tournis. Il voudrait pas m’aider au lieu de beugler le monsieur ? On me dit que non dans l’oreillette.

Après avoir habillé mes 3 mister pète sec, je trouve le sosi de charlie et la chocolaterie qui lui est sympa et pose avec moi (oui oui et pas l’inverse héhé).

Après ça, je m’octroie une pause défilé où je vois l’accomplissement de tout ce boulot de titan pour juste 5 minutes de passage. Séquence émotion, je suis presque émue. L’ambiance est magique (même si j’ai du regardé le show entre deux têtes japonaises), les looks sont définitivement parfait. Ma révélation ce confirme: J’aime Tom Browne.

( c'est le monsieur en costume gris trop court)

Cet américain crée bizarrement des looks très british, dandy, décalé. I love it.

Les messieurs reviennent, je dois tout re-ranger dans les plastiques et les boi-boîtes. And then, you can go.

Conclusion ( à lire si toi gentil lecteur tu souhaites habiller du mannequin un jour) :

Les mannequins cons ce n’est pas une légende, il y en a des vraiment bien atteint qui te balancent tout par terre et qui te prennent pour une sous fiente. Pas sûr de vouloir revivre l’expérience, c’est quand même bien mieux de l’autre côté en tant que guest. Heureusement que je souhaite bosser dans la cosméto et pas forcément dans la mode, parce que les gros melons, no way.

video
Share on:    Facebook Twitter

1 commentaire:

  1. C'est ton boulot d'habiller des mannequins ? car à la fin de ton article tu dis que tu veux bosser dans la cosmeto, j'avoue je suis un ptit peu curieuse ^^ lol
    ça a du être stressant d'habiller des mannequins (surtout si certains balancent tout parterre !)lol

    RépondreSupprimer

Awin