09/10/2013

Hommage au scarabée gentil, Max Delorme




La planète beauté pleure des larmes de fards. Sur votre chemin, vous croiserez des milliers de personnes. Parfois, certaines personnalités, personnages, se distinguent. Ils vous fascinent, vous apprennent des choses, ou vous marquent tout simplement.  En mars dernier j'ai eu cette chance. Celle de croiser la route d'un embellisseur de peau et de vie. Un maquilleur créateur. Max Delorme. Un homme charismatique, qui semblait faire 2m de haut et autant de talent. Un sourire esquissé de côté. Un artiste non conventionnel, qui m'a appris à détourner chaque produit. Ne pas s'arrêter à la fonction d'un objet. Un baby lips transparent pour transformer une ombre mate en ombre miroir, vibrante, à reflets, il fallait y penser. Un personnage capable de comparer sa création pour le défilé Paul & Joe à un scarabée gentil. "C'est comme un scarabée gentil, tu veux le caresser mais il te pique, c'est un peu ça l'histoire". Il avait ce don pour la fine métaphore. Celle qui te fait sourire mais tout comprendre. Max, tes pinceaux sont orphelins aujourd'hui, on les entend déjà se plaindre de ne plus danser au dessus des visages qui attendent leur maquillage.

Je retiendrai tes inspirations, la couleur d'un macaron Carette. Je retiendrai tes recommandations, arborer un teint unifié mais pas chargé. Aimer les brillances. Ne pas trop en faire. Salir même certains maquillages des yeux. Je retiendrai tes anecdotes hilarantes et pleines de vécue. Je retiendrai aussi et surtout ton humanité. Le temps que tu as pris pour tout nous expliquer à nous blogueuses, que tu as considérées, respectées, alors que tu nous semblais inaccessible, et pourtant... 

Je retiendrai la différence que tu ne faisais pas, pour un collègue, un supérieur, une blogueuse, un ami. Je retiendrai ton tutoiement aisé qui nous rassemblait. 
De là haut s'il te plait, n'oublie pas tes pinceaux, embellis les tous; nos mères, nos pères, soeurs ou grands mères. Tu es parti bien trop tôt, tu avais encore tant de jolis dessins à faire. Epate les comme tu nous fascinais, continue à parler de ta femme à la première minute de chaque conversation. 

Mes pensées vont à elle, femme d'artiste, et à toute ta famille, que tu avais l'air de chérir encore plus fort que tes pinceaux, c'est dire.

Je devais t'interviewer le 1er octobre, mais, personnage énigmatique que tu étais, tu as préféré t'envoler avec tes secrets, tes astuces. Je pense que des réponses j'en trouverai. Un maquilleur créateur comme toi, plus jamais.
Share on:    Facebook Twitter

13 commentaires:

  1. Article très émouvant ... Tu as eu la chance de rencontrer un artiste d'une telle envergure.. Tu dois être bouleversée.. Qu'il repose en paix, et courage à sa famille; Bisous <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton avis sur le texte <3 En effet, le rencontrer a été une expérience inoubliable. Bisous !

      Supprimer
  2. Complètement d'accord avec toi ! Bel hommage. Merci
    Ce fut un simple et réel plaisir de travailler avec lui sur Maybelline

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup à toi d'être passée par ici !

      Supprimer
  3. En plus d'être quelqu'un de bien, tu sais écrire de jolies choses <3 !
    Paix a son ame <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour tes gentils compliments qui me vont droit au coeur.

      Supprimer
  4. Très joli texte, rien d'autre à ajouter...

    RépondreSupprimer
  5. Tes mots sont terriblement justes. Une qualité de plus...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Solène, j'ai écrit ces mots avec toute mon admiration pour ce grand bonhomme. Je suis ravie que ça puisse transmettre l'émotion que je ressens...

      Supprimer
  6. max avait ce talent d'etre trés proffessionnelle,,rien a redire sur son,talent,surdoué,,
    je travaillais avec lui il y a déja 15 ans,,j'etais petit asssitant photo,et lui deja au top
    je me souviendrais t'jours de ces grimaces,,quand une personne serieuse parlait trop profondement ,,il se trouvait jamais trés loin pour dédramatriser la situation
    meme année ,meme age,,i love you max
    toff

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce chouette témoignage... Nous donner quelques souvenirs comme celui que tu partages.

      Supprimer
  7. J'ai connu max quand il demarrait dans son metier a nancy. J'etais toute jeune, j'avais 16 ans et il me fascinait. Il travaillait chez tordjmann coiffure a nancy comme maquilleur, estheticien.
    A cette epoque, je n'etais pour lui qu'une gamine et pourtant, il prenait toujours du temps pour etre sympa et me donner des conseils.
    Aujourd'hui j'ai 39 ans et j'ai suivi le parcours de max grace aux magazines. Je ne l'ai jamais revu mais l'hommage que vous lui rendez me prouve qu'il etait resté le meme.
    J'habite laxou et j'ai vu son enterrement. Quelle tristesse.
    Je pense tres fort a sa femme et a sa famille. C'etait une personne formidable.
    Sandra

    RépondreSupprimer

Awin