12/03/2017

Décrypter les étiquettes de vos produits de beauté


S'il y a bien une demande qui revient sans cesse sur mon blog, c'est que je vous rédige un article expliquant comment décrypter les étiquettes de nos produits de beauté. Entre Greenwashing et promesses miraculeuses, on ne sait plus où donner de la tête. Sans compter les terminologies latines que personne ne comprend...

C'est pourquoi je prends enfin le temps de vous livrer mes astuces "décryptages cosméto"  :

Pour commencer, il faut distinguer les formules dîtes "conventionnelles" des formules naturelles.
La formule conventionnelle respecte la législation mais n'est pas pour autant inofensive. Elle contient des matières synthétiques ou transformées parce que plus stables et moins onéreuses. Malheureusement les formules conventionnelles contiennent souvent des matières inertes (eau, silicones, pétrochimie). Ce sont des matières qui n'apportent rien de bon ou de mauvais. Elles ne sont pas "actives". En général il y a justement peu d'actifs, souvent noyés dans le synthétique.

Pour ce qui est des formules naturelles, elles tentent de remplacer les ingrédients synthétiques par du végétal. C'est souvent un produit biodégradable qui contient parfois un label bio (mais pas toujours, pour des raisons évidentes de coût).  

Conseil 1 : Méfiez-vous de certains packaging "trop" green

Le green a le vent en poupe, tout le monde y va de sa petite branche d'olivier dessinée sur le produit pour faire vendre. Si l'argan ou la noix de macadamia sont dessinés sur le packaging et que pourtant l'huile n'arrive qu'en dernière position dans la liste INCI, fuyez. Le produit contient certainement moins d'1% d'actif. Alors qu'il s'agit de l'argument principal de vente sur le packaging. Greenwashing en puissance. Je ne citerai pas les marques concernées, car ce n'est pas le but de l'article, mais elles sont très nombreuses dans les rayons de nos supermarchés et même en paraharmacie.

Conseil 2 : Méfiez-vous des listes à rallonge


Souvent, lorsqu'un produit contient une liste d'ingrédients longue comme le bras, c'est qu'il possède une majorité d'ingrédients synthétiques voir pétrochimiques. Une crème par exemple, devrait avoir une composition très basique (pas plus de 6 ou 7 ingrédients : eau, huile, émulsifiant pour lier la phase acqueuse et huileuse, comme dans une mayonnaise et enfin les principes actifs, comme les huiles essentielles par exemple).

 

 Conseil 3 : L'ordre de la liste INCI

Les ingrédients sont listés par ordre décroissant. Plus un ingrédient est présent (souvent l'eau) plus il arrive en tête de liste. Si vous voyez que tous les actifs intéressants arrivent à la fin, ce n'est malheureusement pas bon signe. On aimerait que l'huile vanter sur le recto du produit apparaisse en tête de liste. C'est rarement le cas...
Pour info : Un produit naturel contient entre 20 et 100% d'actifs. Contre 1 à 3% pour les cosmétiques conventionnels.

Conseil 4 : Les labels

Parmi les plus connus : Ecocert, Cosmebio. Les cosmétiques arborants un label bio répondent à une charte qui impose l'utilisation d'un minimum d'ingrédients issus de l'agriculture bio. En ce sens, il s'agit d'une garantie. Les labels bios prennent aussi en compte l'emballage des produits qui ne doivent pas contenir certains plastiques ou certaines matières non dégradables. Cependant, les produits naturels n'ont pas nécessairement de label (coût etc) et cela ne doit pas être un frein à l'achat. De nouvelles petites marques naturelles ne possèdent pas forcément de labels et sont pourtant irréprochables. Si cela vous intéresse je vous listerai mes marques fav dans un prochain article. 
 

Conseil 5 : Repérer les 6 grandes familles

En terme de composants toxiques ou polluants, on observe souvent 6 grandes familles :

Les huiles minérales : Corps gras dérivés du pétrole souvent utilisés pour donner du corps à la formule (faible coût). Ils limitent la perte en eau mais peuvent être occlusifs, c'est à dire comédogènes (boucher les pores).

Les silicones & polymères : Il s'agit de matières plastiques souvent utilisées comme agent de texture. Elles sont partout dans les shampoings, crèmes, gels, sérums, fonds de teint, BB crèmes... Ces matières ne sont pas dangereuses pour nous mais elles perturbent l'écosystème puisqu'elles mettent une éternité à se dégrader dans l'environnement.

Les matières éthoxylées : Ce sont le plus souvent des solvants ou des tensioactifs (PEG, SLS, polysorbates, quaterniums...). On en trouve partout (gel douche, shampoings, crèmes, maquillage...) Leur fabrication nécessite l'utilisation d'un gaz toxique réputé cancérigère.

Les conservateurs : ils sont utilisés pour stabiliser et conserver la formule (paraben, phenoxyethanol, méthylisotiazolinone, alcools...) mais peuvent être irritants, allergènes et sont même parfois considérés comme des perturbateurs endocriniens. 

Les perturbateurs endocriniens : Ils agissent comme les hormones et perturbent le métabolisme (impact sur la fertilité, la croissance, le cancer...) Plus de 60% des produits en rayon contiennent des perturbateurs endocriniens tels que : le benzophenone, triclosan, EDTA, paraben.
 
Les substances irritantes : Certaines ingrédients comme les humectants, les parfums, les solvants, les émulsifiants sont irritants voir parfois allergisants. Cependant, on peut également être allergiques à des substances naturelles.

En attendant que les pouvoirs publics nous protègent réellement, c'est à nous, consommateurs, de redoubler de vigilance. Voici une carte récap à avoir tout le temps avec vous au moment de faire vos achats hygiène & beauté.  Une liste non exhaustive des principales substances à éviter. Je vous laisser screener ça sur vos iPhone ! Il faut que ça devienne votre BFF.

Je vous partagerai bientôt ma routine cheveux et routine visage, pour vous donner quelques idées de marques complètement safe.




Share on:    Facebook Twitter

8 commentaires:

  1. Merci pour ton article très intéressant
    https://fidjigirl.wordpress.com

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour cette article simple mais efficace. Je voudrais juste une précision sur ton conseil 4. Comment reconnaître une marque vraiment naturelle même sans labels ?

    RépondreSupprimer
  3. Coucou Sarah ! Juste une petite question : l'ammonium lauryl sulfate est-il plus mauvais que le sodium lauryl / laureth sulfate ? Je n'arrive jamais à savoir... Merci !

    RépondreSupprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  5. Super article, pas facile quand on ne possède pas une formation de biologiste en cosmétique de s'y retrouver dans le décryptage des étiquettes !

    Je te renvoie toutefois vers cet article qui remet un peu les choses en perspective concernant "Que Choisir"
    http://demaquillages.blogspot.fr/2017/03/le-point-sur-les-11-substances.html

    Bonne journée :)

    RépondreSupprimer
  6. Coucou Sarah ! Merci pour ce post, pourrais-tu nous recommander des bouquins ou livres qui décrivent tous les éléments chimiques que peut contenir un produit stp et qui expliquent pourquoi ce sont de bons produits ou non ? J'avais vu ça dans un de tes snaps mais je ne me rappelle plus.. Merci bisous ! ;)

    RépondreSupprimer
  7. Super article, complet et surtout : très utile ! Merci :)

    RépondreSupprimer
  8. Hello Sarah !

    Je suis doucement en train de passer aux produits Bio mais du coup j'avais une petite question, selon UFC Que Choisir le limonene, le linalool et la coumarine sont des substances allergènes mais sur le site La Vérité Sur Les Cosmétiques ils ne disent pas que c'est mauvais, ils ont même 2 bonhommes verts... Je comprends pas du coup ?

    Et autre chose, je ne sais pas si tu connais, mais à Lyon il existe une boutique bio et naturelle vraiment top ! Elle s'appelle ECOCENTRIC et il existe d'ailleurs le site internet qui livre partout dans le monde ! Tu devrais y faire un tour, je pense que tu aimeras beaucoup :)

    Voilà !
    Bisous ♡ et merci pour tous ces articles qui permettent d'y voir plus clair sur ce qu'on se met sur le corps/visage !

    RépondreSupprimer